Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 16:34
Le plan de neutralisation de la Kabylie en octobre 1988.

Au début du mois d’octobre, le piège se referme sur le régime. En fait, la lutte entre les conservateurs et les réformateurs du FLN –bien que la victoire de ceux-ci sur ceux-là soit inéluctable –échappe peu à peu au pouvoir. Exclu jusque-là de la gestion de ses affaires, le peuple algérien s’invite dans l’arène. Comme le signale si bien l’éminent sociologue, Lahouari Addi, les conditions d’une explosion sociale sont réunies depuis très longtemps. Et le discours du chef de l’État du 19 septembre 1988 ne fait qu’accélérer le processus. « Les propos présidentiels ne peuvent être perçus par la population que comme une incitation à la révolte. Il suffira dès lors de retirer au moment opportun les dispositifs répressifs et le tour sera joué », écrit Jean Baptiste Rivoire.

Cependant, bien que les tenants de cette manipulation ne veuillent pas perdre la main, force est de reconnaitre que la mobilisation de la jeunesse algérienne contrarie –et c’est le moins que l’on puisse dire –leur plan. Du coup, pour reprendre le contrôle de la situation, le régime envisage deux solutions concomitantes. D’un côté, on emploie une violence sans vergogne contre les manifestants et, de l’autre côté, on essaie de prévenir la contagion du mouvement vers d’autres régions du pays. Cette mission échoit au secrétaire permanent du haut conseil de sécurité (HCS) et également directeur de cabinet de Chadli, le général Larbi Belkheir. « Dès le 6 octobre, des camions équipés de haut-parleurs sillonnent les villages kabyles pour asséner à la population qu’elle ne doit pas se sentir concernée par les émeutes d’Alger, rappellent que les populations arabophones ne s’étaient pas mobilisées pour soutenir les Kabyles en 1980 », note Jean Baptiste Rivoire.

Pour parvenir à son but, Larbi Belkheir fait appel à ses alliés. Trois personnalités de la région (Saïd Sadi, Mokrane Ait Larbi et Hachemi Nait Djoudi, ce dernier s’est aussitôt démarqué du groupe) se rendent alors à la présidence de la République. D’après Jean Baptiste Rivoire, « Sadi avise ensuite Ali Yahia Abdenour qu’il a été reçu par Larbi Belkheir et que celui-ci lui a donné « carte blanche » pour tenter de contrôler la Kabylie. Larbi Belkheir, qui confirmera la rencontre, lui aurait cependant demandé d’apporter la preuve de son influence en Kabylie en y organisant une grève de deux jours. » Par ailleurs, alors que les amis de Sadi se targuent d’avoir le contrôle sur la Kabylie, notamment Nourredine Ait Hamouda s’exprimant au nom de ses camarades dans une tribune, parue dans le journal le Monde du 15 octobre 1988, le bastion de la contestation se met en mouvement.

En dépit des risques encourus, des militants du MCB (mouvement culturel berbère) s’engagent dans la bataille. Parmi les plus connus, on peut citer le chanteur engagé MATOUB Lounès. En fait, dans le but de contrer l’action des amis de Sadi, ces militants distribuent des tracts en Kabylie appelant à rejoindre la contestation. En guise de riposte, à Michelet, la gendarmerie blesse grièvement le chanteur populaire, MATOUB Lounès. En tout cas, grâce à leur action de ces militants stoïques, la Kabylie n’est pas restée en marge de l’histoire. Bien que les amis de Sadi reviennent plusieurs fois à la charge, la population locale sait que la solution réside dans la rupture avec ce système. De toute façon, elle s’inscrit radicalement en faux avec les propos de Nourredine Ait Hamouda du 15 octobre 1988, selon lesquels « le chef de l’État peut être soutenu par tous les Algériens qui aspirent à la démocratie. »

D’ailleurs, une fois que la révolte est passée, les animateurs du MCB, en réponse à la contribution de Nourredine Ait Hamouda dans « Le Monde », iront jusqu’à lui dénier le droit de parler en leur nom. « Depuis quand Nourredine Ait Hamouda fait-il partie du mouvement culturel berbère ? Où se trouvait-il en 1980 ? Pourquoi se cache-t-il derrière ce pronom problématique : nous », lit-on dans la revue Tafsut de janvier 1989.

En guise de conclusion, il va de soi que le plan de Larbi Belkheir n’a pas marché, mais il n’a pas non plus échoué. Bien que la Kabylie n’ait pas tourné son dos à l’histoire, force est d’admettre qu’elle a laissé des plumes face à des forces voulant la tirer vers le bas. Aujourd’hui, ces forces se divisent en deux. Une partie cherche carrément la dislocation du pays. Quant à ceux qui se sont trompés de société, la culture de coup d’État reste leur seule devise politique. Et tout cela se fait au détriment de l’Algérie en général et de la Kabylie en particulier.

Ait Benali Boubekeur

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Touc ces éradicateur sont dans le giron de l'aile dure, l'aile des " fauconset ultras " du Pouvoir militaire....Chacun avec sa " chanson ", sa vulgate, sa touche particulière....et tous roulennt pour le meme camp ! Ce sont des porte-flingues, des chiens de gardes, des snipers embusqués, des faux-opposants et pseudo-démocrates, des extrémistes il faut dire, qui roulent pour les Généraux criminels et mafieux.....Ferhat, Sadi, Benchicou, Benyounes, Khalida, Lounaouci, A. Ait Larbi, etc., ec.
A
Que tu le veuilles ou non, la vérité est dans les interventions de Youssef, et tous les anciens militants et sympathisants du MCB (comme moi) tenant à une Opposition directe et farouche contre le Régime &quot; militaire et mafieux &quot;, détestent les Généraux criminels et sanguinaires , comme leurs alliés les bureaucrates khobzistes (1), les extrémistes de tous bords (islamistes, baassites, éradicateurs, militaristes, séparatistes, régionalistes, etc.) (2) et les faux-opposants et pseudo-démocrates (Ferhat, Sadi, Lounaouci, Khalida, Benyounès, et leurs acolytes) (3), ces derniers ont été missionnés et chargés en 1988 par la Sécurité militaire (SM), sur ordre de Belkheir et Ayyat pour casser le MCB et neutraliser l'Opposition oppositionnelle en Kabylie : c’était l’objet des tractations secrètes menées par le Général Belkheir avecSaid Sadi et Mokrane Ait-Larbi le 6 Octobre 1988. C’est bien le tout puissant Clan Belkheir-Ayyat (amarré à la toute puissante SM) qui avait crée le RCD, né « avant terme » (09/02/1989), avant même la promulgation de la Charte pluraliste qui allait autoriser le multipartisme, disons le pluralisme de façade, car c’était plutôt un « façonnage artificiel du champ politique et médiatique « , un véritable Poker menteur, en raison du fait que les partis, associations et journaux fondés étaient les émanations du Régime militaire, de la SM actuel DRS) plus précisément….<br /> <br /> Le MAK de Ferhat et l’UDRs de Benyounès sont des ramifications du RCD, et c’est le DRS (Régime militaire) qui avait présidé à cette manœuvre, et fixer les rôles et les missions impartis aux uns et autres……toujours dans l’intérêt du Régime militaire (DRS). Les mises en scène, la production discursive et communicationnelle, les compagnonnages et les affichages, les démonstrations et manifestations, révèlent un positionnement extrémiste, raciste, xénophobe, islamophobe, arabophobe, antinational, antipatriotique, puisant dans l’anthropologie coloniale, vénérant l’ex-Puissance coloniale, adulant les Puissances dominantes et hégémoniques, adorant les ennemis de l’Algérie (….)……le tout fait sciemment, volontairement, délibérément, dans le but de « parvenir au point de non-retour, à l’achèvement » de « la division (totale), l’isolement (complet), la séparation (définitive) et la délégitimation (discrédit) politique (un but ultime, avec quatre objectifs donc) de la Kabylie (une région, plusieurs départements), ce qui assure un « sursis garanti » pour le Régime militaire qui pille et accapare les richesses, massacre et asphyxie la population, et qui est « l’Ennemi commun » , l’Ennemi principal, le mal originel, l’origine du mal, le démiurge…..
A
Tous les opposants ,surtout,kabyles sont au service du DRS sauf toi ! quelle belle blague! En lisant tes textes pleins à craquer de contradictions,pour ne pas dire de mensonges ,car au fond c'est de cela dont il s'agit,on se pose justement la question:est ce que tes textes ne sont pas rédigés par ce service ?
Y
Dans la première version consacrée à Ferhat Mehenni dans l'Encyclopédie (libre et collaborative) Wikipédia, une somme importante d'informations était apportée sur cet «agitateur politique», dont<br /> beaucoup de détails sur le boycott scolaire ou «grève du cartable»…Par la suite des modifications sont remarquées, remaniant profondément le texte initial qui accablait « l’autoproclamé dirigeant<br /> /président des kabyles », actuellement «accrédité » en France par les maitres du DRS. C’était effectivement le très éradicateur Ambassadeur de France à Alger, et très intime et très écouté<br /> Conseiller du Général Belkheir, parrain (comme Nezzar) du Régime militaire à l’époque, qui avait organisé le «regroupement familial en urgence absolue» pour Ferhat (Cf. reportage France<br /> Télévision)…..<br /> <br /> Ferhat n’était pas associé aux tractations secrètes du 6 Octobre 88 avec Belkheir, mais il était au courant. Les frères Ait Larbi l’avaient avisés, puisque Mokrane était au Rendez-vous avec Sadi,<br /> par contre Nait Djoudi avait claqué la porte quand le Généralissime commença à dicter les «termes» de la «mission»…dont le but inavoué n’était autre que de «isoler (1) et diviser (2) La Kabylie»,<br /> Ferhat est actuellement à l’œuvre « d’achèvement », « accrédité » auprès des «Kabyles de France» qu’il croit pouvoir amarrer dans la constellation srkozyste de la Droite dure actuellement au<br /> pouvoir : une constellation communautariste appuyées sur les réseaux mafieux et les « franges ultras et extrémistes » des Arméniens de France, des Juifs de France, des Asiatiques de France, des<br /> Corses de Métropoles…..tous racistes et xénophobes, unis contre l’immigration postcoloniale issue de l’Afrique du Nord et de l’Afrique sub-saharienne, avec des relents fascisants, islamophobes,<br /> arabophobes et négrophobes….<br /> <br /> Les mises en scène de Ferhat, ses compagnonnages, ses productions discursives, ses démonstrations et manifestations ses « poses » avec les extrémistes sionistes et les fascistes français(Riposte<br /> laique et Bloc identitaire) visent un montrer « le Dirigeant kabyle(autoproclamé comme tel) » infréquentable, hostile, antinational, anti-algérien, anti-maghrébin…Ce qui ne peut qu »diviser et<br /> isoler la Kabylie et l’Algérie » , c’est la mission qui lui a été attribuée par les Maitres de la Gestapo d’Alger….<br /> <br /> Si ça ne &quot;révolutionne pas&quot; et ça ne bouge pas en Algérie, il y'a ça aussi, le fait que la kabylie est &quot;tenue&quot; et enchainée par les &quot;alliés locaux&quot; du Régime militaire, tous ces faux-opposants et<br /> pseudo-démocrates, ces partis crées par la SM.....
Y
C'est dans le Hall de Sorbonne-Panthéon que j'ai écrit le texte de l'Appel lu par Matoub au Gala de Oued Aissi. Je l'ai soumis à plusieurs Etudiants Parisiens et franciliens, il l'avaient approuvé<br /> et signé. C'est un texte pétitionnaire produit dans le but de dénoncer la tentative de création d'un MCB-bis. J'ai réagi à la lecture d'une brève du journal Le Monde qui rapportait que Ferhat<br /> avait, au cours d’une Conférence tenue à T-O, annoncé son projet qui n’était qu’une manœuvre de fractionnement, donc de casse, de sape du MCB historique, populaire, mouvement de masse craint par le<br /> Régime militaire, car « MCB-FFS-LAADDH », vont ensemble, en interconnexion,<br /> inter communicants, l’un avec les deux autres, d’ailleurs Sadi avait toujours dit que le MCB et la LADDH sont « des béquilles du FFS », d’où ses attaques, sur ordre des Généraux Belkheir et Ayyat,<br /> et les Maitres de la SM, puis du DRS. Telle est la mission de Belkheir, dont l’étendue immense oblige la SM à créer d’autres micro-partis, en forme d’officines, de succursales, le FFD de Si Lhafidh<br /> YAHA, rapatrié par la SM par le concours de Meziane GHOZALI, Agent des Services, les Ait Abdelaziz, respectivement le Commissaire et l’Officier de la SM….<br /> <br /> Le RCD a été crée par Belkheir et Ayyat pour casser le «trio MCB-FFS-LADDH» qui «œuvrent et existent ensemble»…<br /> <br /> C’est ça le « Poker-menteur« , le «façonnage artificiel» du « champ politique et médiatique » par la création des faux-opposants, de pseudo-démocrates, des « micro-partis », des<br /> associations-relais, des journaux de propagande, sponsorisés, propulsés et mis au devant de la scène par les Maitres du DRS, les Eminences grises du Régime militaire, les Parrains de la Junte….<br /> <br /> En 1992, un Colonel confiait à Mireille DUTEIL, Grand-Reporter à l’Hebdomadaire Le Point : «Celui qui ne sait pas que notre jeu favori est le billard ne connait rien au système politique algérien».<br /> Un autre Colonel disait en 1989 à un Universitaire à Blida ( au Service national) : « Si nous nous n’avions pas pu créer tous ces petits partis, le Régime aurait basculé »…Tout est dit !
Y
Vue la « sainte-alliance » entre la Régime militaire algérien et la Droite dure au pouvoir en France, Ferhat ne peut avoir cette latitude et cette liberté d’action dans l’Hexagone sans le<br /> consentement des Services algériens et français qui coopèrent et se renvoient l’ascenseur en permanence. En effet, les seuls à soutenir et financer Ferhat, ce sont les Maitres du DRS et leurs<br /> &quot;correspondants et alliés&quot;. N’est-ce pas le très éradicateur Ambassadeur de France à Alger, Jean Audibert, ami du Général Blekheir qui avait organisé le regroupement familial de Ferhat en<br /> «procédure d’urgence absolue» ?<br /> Quant à ces entités sionistes extrémistes et autres franges ultras que Ferhat colle à ses mises en scène, compagnonnages, prises de photos, images fixées, productions discursives, déclarations et<br /> manifestes, c’est fait sciemment et volontairement pour montrer des kabyles antinationaux, pro-français, pro-israéliens, pro-marocains, donc anti-algériens, ennemis intérieurs, donc,<br /> infréquentables, donc à ne pas suivre si un mouvement est initié en Kabylie. L’objectif est claire: parvenir au &quot;point de non-retour de l'isolement et la division de la Kabylie, diviser et<br /> neutraliser l’Opposition, souder et renforcer les divers Clans, Cercles et Factions du Régime dictatorial militaire….<br /> _______________________________________<br /> <br /> Ferhat est engagé par les Maitres de la Gestapo d’Alger avec un « contrat, une mission, une feuille de route ». N’est-ce pas l’ami du Général Belkheir, le très éradicateur Ambassadeur de France à<br /> Alger, alias Jean Audibert qui lui avait organisé son regroupement familiale «en urgence absolue».<br /> <br /> La «mission Belkebir» qui leur a été attribuée a(vait) pour objectif d’achever l’isolement et la division de la Kabylie, et du coup, neutraliser et casser toute l’Opposition démocratique, ce qui<br /> permettra de pérenniser la domination du Régime militaro-mafieux sur la société. Sans l’aval d’Alger, il ne peut agir en toute liberté sur le sol français, tant on sait la « sainte-alliance » entre<br /> les Services algériens et français….<br /> <br /> Quant on réfléchit objectivement sur la ligne politico-idéologique de Ferhat, ses productions de discours, ses mises en scène, ses actions et démonstrations, ses images fixées, ses compagnonnages,<br /> etc;, on s’aperçoit qu’il est dans la stratégie des Maitres de la Gestapo d’Alger, qui lui servent d'importants subsides en nature...<br /> _________________________________________________<br /> <br /> Ait Larbi dans le Figaro du 21/04/10, à propos de Ferhat : &quot;Certains de ses conseillers, prompts à la surenchère, travailleraient, dit-on, pour les Services algériens, qui tentent<br /> d’instrumentaliser ainsi la région dans les jeux claniques du sérail&quot;.<br /> <br /> Ait Lari insinue les liens de R. Aissat, Colonel de la SM, avec FERHAT, et qui aurait poussé ce dernier à créer le MAK. Aissat avait aussi enrolé Ait Menguellet dans l’Association ACT qui<br /> organisait le soutien au Clan Boutef’-Zerhouni (ex-MALG/SM), le rival du Clan Medienne-Djebbar(néo-MALG/DRS).<br /> <br /> Les frères Ait Larbi avaient tenté de créer un parti bien avant Ferhat, mais ils n’avaient pas trouvé de soutiens. Dans son périple en France&amp;Canada, Mokrane n’avait pu trouver d'adhésions à<br /> son projet. Un Politilogue et universitaire chevronné m’avait confié qu’il avait renvoyé Mokrane avec des propos assez durs : &quot;Arréter de diviser et émietter l’Opposition ! &quot;Arezki(son<br /> frère,journaliste)avait alors encouragé son Ferhat dans l’aventure du MAK. Par la suite, dans le livre collectif &quot;Avril 80...Ed. Koukou&quot; coordonné par le même Arezki Ait-Larbi, on y trouve<br /> curieusement les accusations graves et directes contre les frères Sadi, accusations avancées par Ferhat et Tari. Ferhat avançait que Sadi était retourné par la SM dès 1980...Il le savait donc, mais<br /> celà ne l’avait pas empêcher de rejoindre le RCD en 1989 ! Et de participer aux compagnes de propagande pour casser le MCB, la LADDH et le FFS, ainsi qu’ils étaient missionnés par le Général<br /> Belkheir et Ayyat (Patron de la SM).<br /> ____________________________________________________________<br /> <br /> Témoignage de Ferhat Mehenni, dans l’ouvrage « Avril 80. Insurgés et officiels du pourvoir racontent Le Printemps berbère » (page 115) ,<br /> Editions Koukou :<br /> <br /> « En mars 1982, malgré la « liberté provisoire » qui empêchait les 24 détenus de sortir du territoire algérien, Sadi vint à paris et participa à un débat organisé à la fin de mon concert à Anthony<br /> par le professeur de psychologie Mohamed Lahlou. Il était venu proposer à Hocine Aï-Ahmed de rentrer le 5 juillet 1982, pour le 20ème anniversaire de la fête de l’indépendance ou de rompre, à notre<br /> insu, l’alliance avec lui. Sadi avait une proposition pour deux postes au Comité central du FLN ; Aït-Ahmed refusa après avoir pris soin de consulter ses amis dont moi-même ».<br /> <br /> Ferhat ne dit pas que Sadi était venu par deux fois. Une fois avec Rabah STAMBOULI,l’autre fois avec Salem CHAKER. Ce dernier n’a jamais pardonné à SADI de l’avoir induit en erreur, d’autant plus<br /> que la manoeuvre était orchestrée par la SM-Sécurité militaire dans le but de tromper Ait Ahmed, l'induire en erreur pour l’emmener en Algérie, le Régime ayant promis une “ouverture” (hum !) !<br /> <br /> C’était en 1982,puis en 1984.Ait Ahmed, en fin connaisseur de ce genre de manipulations dont est accoutumée la SM, avait renvoyé ces intermédiaires Sadi et Cie.<br /> ________________________________________________________<br /> <br /> Le 6 Aout 2011....Ferhat limoge le Président du MAK Kabylie par un &quot; simple SMS &quot; !<br /> <br /> LETTRE AUX KABYLES<br /> <br /> Alors que le Comité Exécutif du MAK était réuni pour discuter des modalités d’organisation du deuxième congrès du Mouvement dédié à la convergence des forces kabyles, M. Ferhat MEHENNI a envoyé, à<br /> partir de l’étranger, un message par téléphone (sms) à certains membres, lu par un récipiendaire dont voici la teneur :<br /> <br /> “Azul. À compter de ce jour, la présidence par intérim du MAK est confiée à M. Mouloud Mébarki.”<br /> <br /> Dans une confusion de genres inédit en politique, M. Ferhat Mehenni, président du Gouvernement provisoire kabyle (GPK) s’octroie un droit de préemption sur le MAK en piétinant les statuts, le<br /> Règlement intérieur du Mouvement et celui de l’Exécutif.<br /> <br /> Le GPK qui est une structure du Mouvement à l’étranger, créée conformément à l’article 14 des Statuts relève organiquement du MAK de Kabylie. Certains de ses ministres dont nous saluons la probité<br /> et le dévouement à l’objectif et la finalité du MAK l’ont bien compris.<br /> <br /> Le MAK, par le fond, la forme et l’objet, est dédié au seul objectif de faire recouvrer au peuple kabyle sa dignité et sa pleine souveraineté. Il n’est pas et ne peut être un comité de soutien à<br /> une personne ou un clan...<br /> <br /> Le MAK, avec son Président, Mohand Larvi Tayev et les membres de l’Exécutif tiennent à rassurer les militants, les sympathisants et le peuple kabyle...<br /> <br /> Kabylie, le 6 août 2011<br /> <br /> Le MAK
Y
FERHAT ET SES ACOLYTES « ACCREDITES » en France PAR LES MAITRES DE LA GESTAPO D’ALGER<br /> <br /> <br /> Les autoproclamés représentants des Kabyles cherchent nos suffrages et nous prennent à rebrousse poil: par un langage outrancier, provocateur, comme à leurs habitudes. Aucun n’est épargné, pas même<br /> les berbéristes. Pour eux, le berbérisme est à bannir. Place au Kabylisme autonomiste, puisant dans la sinistre « anthropologie coloniale« , qui a fait tant de torts à la question berbère, la<br /> position du problème, ses corollaires obligés, les problématiques, les solutions !<br /> <br /> Bakir, Kireche et leur mentor Ferhat testent le terrain et essaient de bricoler une ligne politico-idéologique que l’on peut déceler dans leurs interventions, mises en scène, compagnonnages,<br /> actions et démonstrations. Leur discours raciste, islamophobe, arabophobe, pro-français, pro-israélien, pro-américain, et leurs « poses » avec l’Extrême droite (Bloc identitaire), Les Réseaux<br /> Sionistes-Ultras (UPJF, CRIF), Les Evangélistes pro-Bush, partisans du Grand Israël et du « choc des civilisations » cher aux tenants des guerres permanentes de conquête, et l‘humiliation du monde<br /> arabo-musulman. Sadi, lui « pose » avec les conservateurs pro-israéliens et proaméricains Glucksmann et BHL. Un positionnement correspondant à celui de la Droite dure et extrémiste dans l’Hexagone.<br /> Et en Algérie, il présente des «agitateurs politiques» Kabyles hostiles, antinationaux, séparatistes, divisionnistes et divisés, donc infréquentables, inabordables, à ne pas suivre ! Voilà qui<br /> satisfait amplement à la stratégie du Régime militaire d’Alger, lié d’une «sainte-alliance» avec la Droite Sarcocyste/dure en France.<br /> <br /> La présente grille de lecture nous indique précisément que ces zygotes qui draguent le vote kabyle en France roulent pour les deux, cherchent à gagner sur les deux rives de la Méditerranée. Et<br /> c’est en candidats diviseurs qu’ils se présentent, et non en rassembleurs. Ils divisent et les Kabyles et les Algériens, et isolent la Kabylie de l’Algérie, et l’Algérie de la Kabylie, conseillés<br /> en cela par les Maitres du DRS, ce DRS qui «tient» tous ces faux-opposants et pseudo-démocrates qui sont allés très loin dans la «compromission» avec les Généraux manipulateurs qui corrupteurs qui<br /> les ont sponsorisés, propulsés et mis au de la scène politique et médiatique, en leurs octroyant des avantages logistiques, matériels et financiers forts importants, et ce depuis 1989, date de la<br /> fameuse «ouverture contrôlée» où ces «Chevaliers de l’Apocalypse» ont mis en action leur plan diabolique, en forme de Poker-menteur ou Jeu de billard, en mettant aux prises les uns contre les<br /> autres, une Fausse opposition contre l’Opposition oppositionnelle, historique, représentative.<br /> <br /> Ferhat et Bakir veulent amarrer les Kabyles résidents en France dans la «Constellation Sarkozyste» multi-extrémiste, composée des ultras, des franges extrémistes des Juifs de France, des Arméniens<br /> de France, des Corses de la Métropole et des Asiatiques de France (qui manifestent ces derniers temps à Belleville). Alors que par le passé, les immigrés kabyles sympathisaient avec la gauche<br /> anticoloniale, antilibérale, anticapitaliste. Or, les Généraux d‘Alger, partisans de l’ultralibéralisme et de l’autoritarisme sans limites ne peuvent se résoudre à accepter des masses d’immigrés<br /> proches des mouvements de contestation radicale qui mettraient en danger leurs options et leurs privilèges. Nos prétendus leaders sont là pour les arranger, ramer en leur faveur. Auparavant c’était<br /> L’Amicale des Algériens en Europe, autre annexe de la Police politique d’Alger en France<br /> <br /> Le Régime militaire d’Alger a depuis toujours tenu à embrigader l’immigration qu’il considère politiquement comme «danger potentiel» (à surveiller), et économiquement « vache à traire » (devises,<br /> épargne, etc.). La SM, puis le DRS dispose d’une place-forte dans l’Hexagone où des milliers d’agents, indicateurs et rabatteurs, et des associations-relais, les &quot;envoyés et accrédité&quot; ou<br /> &quot;agitateurs politiques&quot; (Ferhat, les Sadi, Aouli, Cheminy, Redjala, la mafia des galas et gandouras, etc.) agissent en permanence…

Contactez-Moi

  • : Blog AIT BENALI Boubekeur
  • : L’école algérienne ne s’est pas attelée, en ce qui concerne l’enseignement de l’histoire, à la transmission du savoir. L’idéologisation de l’école l’a emporté sur les impératifs de la formation. Or, les concepteurs de ces programmes préfèrent envoyer leurs enfants dans des écoles occidentales. Du coup, la connaissance de l'histoire ne passe pas par l'école.
  • Contact

  • Ait Benali Boubekeur
  • Il est du devoir de chaque citoyen de s’intéresser à ce qui se passe dans son pays. C'est ce que je fais modestement.
  • Il est du devoir de chaque citoyen de s’intéresser à ce qui se passe dans son pays. C'est ce que je fais modestement.

Recherche

Catégories