4 octobre 2007 4 04 /10 /octobre /2007 09:21

index-copie-3.jpgLes Marseillais, emmenés par leur nouvel entraineur belge, Éric Gerets, ont réussi leur match de l’année en allant s’imposer au stade mythique d’Anfield à Liverpool. Bien que les Olympiens aient déclaré avant la rencontre qu’un score nul était, pour eux, un résultat positif, les camarades de Ziani n’ont pas laissé, toutefois, l’initiative offensive aux seuls  Anglais. En effet, dès les premières minutes,  l’occasion dangereuse est créée par l’équipe marseillaise.

Par ailleurs, le round d’observation n’a duré qu’à peine dix minutes, quand Ziani récupère le ballon au milieu de terrain et sert en profondeur le Sénégalais, Niang. Celui-ci sans se poser trop de questions frappe directement, mais le gardien dévie le ballon en corner. Le plus vif des Marseillais, en l’occurrence Ziani, qu’on trouve tant tôt à gauche et tant tôt à droite semble avoir une consigne stricte de son entraineur afin qu’il apporte sa vivacité au jeu marseillais.

À la 13e minute, on assiste à la réplique anglaise par l’intermédiaire de la nouvelle recrue, Torres. La défense centrale marseillaise réussit difficilement à contrôler le duo Crouch-Torres, mais parvient à éloigner le danger de leur surface.
Par ailleurs, c’est au milieu de terrain que la bataille est intense dans la mesure où chaque équipe cherche à maitriser cette surface, synonyme de la domination. Le tacle de Gerrard à la 19e minute corrobore cette thèse selon laquelle le maitre du milieu de terrain est celui qui alimente ses attaquants et par conséquent le plus à même d’ouvrir le score. Heureusement que l’arbitre est là pour faire respecter les lois. Ce qui fait que les duels, bien qu’ils soient engagés, se déroulent  à la loyale.

À la 27e minute, c’est le capitaine anglais qui use de son génie pour lancer Torres, mais Givet a compris le manège en taclant le ballon en corner. L’ascendant des Marseillais s’est produit à la 33e minute quand Taiwo  sert un caviar à Niang, mais le juge de touche a déjà signalé le hors jeu. En n’ayant pas entendu le sifflet, Ziani poursuit l’action et met le cuir au fond des filets. Le but est logiquement refusé bien entendu, bien que la position du hors-jeu soit discutable. Les deux équipes rejoignent les vestiaires sur un score vierge. 

Au retour des 22 acteurs sur la pelouse,  après la pause citron, la bataille au milieu du terrain est relancée de plus belle. On peut constater la subtilisation du ballon par les Marseillais lors des cinq premières minutes de la seconde partie. C’est Niang qui s’illustre derechef à la 51e minute en décrochant un tir à la limite de la surface de réparation, mais sans trop inquiéter Reina. Ainsi, à peine une heure de jeu, l’entraineur des rouges, Rafael Benitez décide de procéder au premier changement. Il incorpore Rize à la place de Meto  pour apporter du sang neuf. Changement réussi puisque c’est à l’heure du jeu que les Anglais  parviennent à augmenter sensiblement la cadence en occupant le camp adverse. Le but libérateur allait être inscrit par Torres à la 63e minute suite à une passe ajustée de Benayoun. Mais le jeune gardien Mandanda dévie avec brio le ballon en corner.
 
En revanche, c’est au moment où on s’attendait à une domination anglaise que le jeune Valbuena intercepte le ballon au milieu de terrain. Il sollicite une deux avec Cheyrou et puis d’une frappe somptueuse parvient à tromper Reina en logeant le ballon au fond des filets.
La domination anglaise après le but de Valbuena n’a pas conduit toutefois à l’égalisation. Il faut attendre en effet le temps additionnel pour voir les meilleures occasions anglaises. L’une est l’œuvre de Benayoun repoussée par Rodriguez et l’autre celle de Gerrard dont le ballon est repoussé par le poteau.
En somme, après le match nul de 2004 à Anfield, L’OM est le seul club français à battre Liverpool à domicile.
             Par Ait Benali Boubekeur, 4 octobre 2007

commentaires

Contactez-Moi

  • : Blog AIT BENALI Boubekeur
  • : L’école algérienne ne s’est pas attelée, en ce qui concerne l’enseignement de l’histoire, à la transmission du savoir. L’idéologisation de l’école l’a emporté sur les impératifs de la formation. Or, les concepteurs de ces programmes préfèrent envoyer leurs enfants dans des écoles occidentales. Du coup, la connaissance de l'histoire ne passe pas par l'école.
  • Contact

  • Ait Benali Boubekeur
  • Il est du devoir de chaque citoyen de s’intéresser à ce qui se passe dans son pays. C'est ce que je fais modestement.

Recherche

Catégories