24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 21:10
 Les législatives du 20 avril 2017 : le choix de l’affrontement.

Au moment où l’opposition, à sa tête le FFS, se démène pour que la politique ne s’exerce pas sur le seul critère du rapport de forces, le régime algérien, à travers la programmation des élections législatives pour le 20 avril 2017, décide de perpétuer sa tradition. Et pour cause ! Le calendrier électoral ne l’oblige nullement à opter pour cette date symbolique. D’autant plus que le mandat en cours va jusqu’en mai 2017.

Ainsi, bien que le pouvoir ne veuille pas organiser les élections au cours du mois sacré –ce qui est tout à fait compréhensible –, il n’en reste pas moins que le choix du 20 avril obéit à une logique machiavélique. En effet, pour qu’il n’y ait aucun débat superflu, les dirigeants auraient pu choisir le 13 ou le 27 avril.

Hélas, il n’en est rien. Il semble même que ce choix soit amplement médité. En tout état de cause, au lieu de justifier son maintien par une politique de développement –condition sine qua none pour réduire l’influence des extrémistes de tous bords –, le régime sort ses crocs à chaque événement décisif de notre histoire postindépendance.

Du coup, au moment où le reste du pays voterait dans le calme, la Kabylie –une région qui a scellé son sort à la nation par le sang de ses meilleurs fils – serait, au moins, le théâtre d’affrontement et, au pire, le déclenchement d’une spirale infernale. « Qui osera aller voter un 20 avril en terre kabyle », avertit d’ores et déjà l’organisation séparatiste, le MAK.

De toute évidence, cela ne fait aucun doute sur les intentions des séparatistes : empêcher autant que faire se peut la tenue des élections. Bien qu’ils ne puissent pas s’opposer au rouleau compresseur du régime –envers le régime, ils se disent plus pacifiques que Ghandi –, ils n’hésiteront pas à s’en prendre aux paisibles citoyens qui vaudront voter.

Par ailleurs, sans même attendre la décision des partis qu’ils exècrent, en l’occurrence le FFS et le RCD, les séparatistes les avertissent des conséquences consécutives à leur éventuelle participation. « Si le FFS et le RCD prennent part aux prochaines législatives,…, ces deux formations creuseront leur tombes et leur existence ne sera qu’un passé dans l’histoire de la Kabylie », lit-on sur le site du MAK.

Bien évidemment, bien que le choix de la participation paraisse plus compliqué, compte tenu de la programmation provocante des élections du printemps prochain, il n’en demeure pas moins que le sort de la Kabylie ne doit pas être confié à un mouvement dont les constantes se résument à la haine de l’Algérie, de la langue arabe et de l’islam.

Ainsi, malgré un éventuel boycott, ces deux partis ne devraient pas céder la moindre concession au mouvement séparatiste. Car, dans le cas où les deux partis boycottent tout en désertant le terrain, ce mouvement séparatiste, sans honte bue, comptabilisera les voix silencieuses comme autant de soutien à son projet démoniaque. En d’autres termes, leur désertion favorisera la disparition des valeurs de tolérance chères à la Kabylie.

Pour conclure, il va de soi que ce n’est pas la première fois que le régime joue avec le feu. En programmant les législatives pour le 20 avril prochain, le régime mettra les nationalistes de la région dans l’embarras. En effet, le mouvement séparatiste étant d’essence anti national, cette programmation générait les patriotes algériens. A moins qu’en ignorant ces derniers, le régime veuille traiter avec les séparatistes. Auquel cas, les deux partis, le régime et le MAK, poursuivent la même but. Enfin, il est désormais clair qu’il ne faudrait pas compter sur le régime pour apaiser la situation ni œuvrer pour un changement pacifique.

Aït Benali Boubekeur

commentaires

M
Faudrait-il s'attendre à autre chose de la part de ce pouvoir ? Lui qui a tant détourné et dévoyé le cours de l'histoire, à l'image de ce coup d'état du 12 Janvier 1992 qui a vu la mise à mort de l'espace démocratique issu des événements d'Octobre 1988. Comme le disait Si El Hocine (Allah irrahmou) "La responsabilité du pouvoir est totale : dès l'indépendance, il a confisqué le droit à l'autodétermination des Algériens" . Une date de plus ou de moins pervertie par ce pouvoir n'est, en fait, qu'une constante dans sa démarche. Manipulant à merveille les mots et les actes, il ne s'embarrasse pas qu'une entité , à l'image du MAK ou des aarouchs en 2002, puisse lui venir en aide dans cet acte purement abject, celui d'utiliser une date symbolique d'un anniversaire indélébile qui secoua sérieusement les bases ce pouvoir qui pensait être indétrônable. Malheureusement, tout ce monde lié par des intérêts doit savoir que “Si le symbole meurt, le sentiment reste.”<br /> Le MAK , tout comme les aarouchs, doivent doit méditer ce proverbe: “Le chien est le symbole de la fidélité, mais nous le tenons en laisse.” Un jour ou l'autre le MAK , déjà miné par des tensions internes, ne sera que ce soldat,las de combattre, qui lève le mouchoir blanc d'une défaite sans gloire.
Répondre
A
Merci Mr Mellah d'avoir éclairci les zones d'ombre. En effet, je me demandai aussi si cette programmation n'était pas faite pour éloigner les partis responsables de la compétition. Ce qui laisserait le chemin libre aux partis du pouvoir en s'appuyant sur la précieuse aide du MAK
M
"L'homme de quarante ans qui s'attire encore la réprobation des sages, c'en est fait, il n'y a plus rien à espérer." <br /> Le 20 Avril , une date symbolique d'une revendication, d'abord identitaire puis démocratique pour toute la nation, sa réappropriation reste, en fait, l'acte le plus abject que puisse faire quelqu'un qui n'a jamais été le véritable acteur des événements. Les pires dictateurs sont ceux-là, même, qui s'arrogent le droit de décider pour les autres, de détourner le cours des événements et de l l'histoire, cette histoire qui ne fera d'eux que des usurpateurs. Si pour le pouvoir cette date n'est qu'une date parmi tant d'autres, ce n'est qu'en toute logique qu'il tente de l'effacer, ne sachant guère qu'en lui substituant un événement électoral, il (le pouvoir) ne fera que la marquer davantage: on dira dans quelques années" les élections législatives du 20 Avril 2017 ". <br /> Connaissant les capacités de nuisances de ce groupe "Makiste", le pouvoir mise énormément sur lui (MAK) pour dissuader la population de la kabylie à aller voter. C'est dans cette optique que les partis politiques tels le FFS et le RCD tenteront d'imposer une voie pacifique afin de ne pas laisser le pouvoir s'ériger en la seule composante majoritaire dans la chambre basse. Ces partis , notamment le FFS, se doivent de réactiver le débat politique et remettre de l'eau au moulin du politique afin de relancer l'esprit du droit. Des conférences - débats doivent être organisées dans toutes les communes , tout proche du citoyen qui a perdu cette notion lui permettant de s'impliquer dans la gestion de sa "cité". <br /> Cet axe de travail sera ,sans aucun doute, un garde-fou pour toute usurpation de voix et de voie démocratique. Plus on a de bras, plus on est fort. Etre brave c’ est montrer sa force. Pascal Blaise
Répondre

Contactez-Moi

  • : Blog AIT BENALI Boubekeur
  • : L’école algérienne ne s’est pas attelée, en ce qui concerne l’enseignement de l’histoire, à la transmission du savoir. L’idéologisation de l’école l’a emporté sur les impératifs de la formation. Or, les concepteurs de ces programmes préfèrent envoyer leurs enfants dans des écoles occidentales. Du coup, la connaissance de l'histoire ne passe pas par l'école.
  • Contact

  • Ait Benali Boubekeur
  • Il est du devoir de chaque citoyen de s’intéresser à ce qui se passe dans son pays. C'est ce que je fais modestement.

Recherche

Catégories