5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 14:35
Rebrab et le mythe de l'opposant martyrisé.

Par Saïd Radjef. Le 5 mai 2016.
Même d'un niveau primaire, Rebrab sait sur quelle corde jouer pour écraser une république qui lui a accordé toutes les faveurs.

La triste dérive algérienne nous prend à nouveau en porte-à-faux. Pourtant l’unanimité médiatique est formelle : le méchant pouvoir agresse sauvagement et sournoisement la gentille opposition en fomentant artificiellement des complots visant à l'anéantir par l'exil, l'assassinat et le crime...L'exaltation du mythe de l'opposant martyrisé revient
Aujourd'hui, c'est Rebrab qui se voit dans la peau de l'opposant martyrisé. Lui qui s'est servi de l'ANP plus que les généraux, de l'administration plus que les ministres et les walis et du soutien du régime pour construire son empire financier, se voit désormais dans la peau du gentil opposant, du kabyle démocrate laïc , du civilisé qui milite pour la vérité, la justice, le savoir et l'égalité que le régime veut à tout prix décapiter.
Rebrab, pour avoir longtemps séjourné dans les hautes sphères du régime, a appris comment fonctionne la Kabylie. Il sait que le populisme et le mythe révolutionnaire ( le mythe de l'opposant martyrisé) sont profondément ancrés dans l'inconscient de cette région. Il sait que la Kabylie ne fonctionne pas avec intelligence; elle fonctionne avec le populisme, les mythes et la naïveté.
Malheureusement pour mon pays l'Algérie et ma région la Kabylie (surtout lorsque je parcours les écrits de nos universitaires), le mythe de l'opposant martyrisé est l’une des illusions les plus puissamment véhiculées par la mythologie collective.
Et pourtant, hormis Ait Ahmed et Krim Belkacem, on a du mal a trouver un autre opposant martyrisé en Kabylie!

commentaires

Contactez-Moi

  • : Blog AIT BENALI Boubekeur
  • : L’école algérienne ne s’est pas attelée, en ce qui concerne l’enseignement de l’histoire, à la transmission du savoir. L’idéologisation de l’école l’a emporté sur les impératifs de la formation. Or, les concepteurs de ces programmes préfèrent envoyer leurs enfants dans des écoles occidentales. Du coup, la connaissance de l'histoire ne passe pas par l'école.
  • Contact

  • Ait Benali Boubekeur
  • Il est du devoir de chaque citoyen de s’intéresser à ce qui se passe dans son pays. C'est ce que je fais modestement.

Recherche

Catégories