Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 08:23

« Abane Ramdane est mort au champ d’honneur », extrait du journal El Moudjahid du 29 mai 1958.

Cet extrait est évidemment un pur mensonge. Abane Ramdane n’est pas mort dans un accrochage avec les troupes ennemies, mais il a été étranglé par ceux qui sont supposés être les siens.

Contrairement à ce qui est écrit dans cette tribune, Abane Ramdane ne s’est pas chargé d’une mission de contrôle à l’intérieur du pays en vue de rencontrer les maquisards, mais plutôt attiré dans un guet-apens. La vérité, c’est que cinq membres du CCE (comité de coordination et d’exécution), tous colonels, ont décidé de l’éliminer.

Le traquenard consiste à l’attirer à la frontière marocaine. Depuis quelque temps, les services de Boussouf n’ont cessé d’envoyer des télégrammes au CCE à Tunis lui signalant un grave différend avec les forces royales. Arrivé le 27 décembre 1957 au Maroc, Abane Ramdane a été assassiné, par les sbires de Boussouf, quelques heures plus tard.

Bien que le secret soit gardé dans le premier temps, les criminels sont obligés d’admettre, dès février 1958, leur forfait. Et si les membres civils influents, à l’instar de Ferhat Abbas, Saad Dahlab, Ben Youcef Ben Khedda, n’ont pas démissionné, c’est parce qu’ils jugeaient que l’avenir du pays était plus important que la perte de la personne la plus éminente de la révolution.

Cela dit, en se comportant de la sorte, les politiques du CCE savent désormais que leur rôle sera secondaire. D’ailleurs, mis à part la gestion des dossiers techniques, aucun homme ne jouera, dans l’Algérie indépendante, un rôle important s’il n’est pas adoubé par le commandement militaire.

Toutefois, si en temps de guerre, un récit mensonger pouvait à la limite donner l’impression de l’unité des rangs, cette version ne devrait pas être maintenue après l’indépendance. Hélas, il n’y a pas que dans ce domaine où le régime impose sa vision.

Enfin, pour celui qui veut connaître l’histoire merveilleuse du mouvement national –il faudrait accepter les pages glorieuses et d’autres qui le sont moins de notre révolution –, il devrait chercher en dehors des récits officiels.

Aït Benali Boubekeur   

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Ait Benali Boubekeur - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Contactez-Moi

  • : Blog AIT BENALI Boubekeur
  • Blog AIT BENALI Boubekeur
  • : L’école algérienne ne s’est pas attelée, en ce qui concerne l’enseignement de l’histoire, à la transmission du savoir. L’idéologisation de l’école l’a emporté sur les impératifs de la formation. Or, les concepteurs de ces programmes préfèrent envoyer leurs enfants dans des écoles occidentales.
  • Contact

  • Ait Benali Boubekeur
  • Je consacre beaucoup de mon temps libre à la recherche de la vérité sur le mouvement national.
  • Je consacre beaucoup de mon temps libre à la recherche de la vérité sur le mouvement national.

Recherche

Catégories