Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 22:20

Il est difficile de comprendre les choix du FFS si l’on ne fait pas l’effort d’examiner son parcours. Il y a en effet des moments où le boycottage s’impose et d’autres où la participation est uniment requise. Dans les deux cas, l’enjeu doit être l’avenir du pays. Cela dit, que ce soit telle ou telle option, le FFS n’a jamais piétiné la démocratie pour paraître plus patriote et inversement. Le dénominateur commun, à chaque épreuve, est de politiser, autant que faire se peut, les débats.

Par ailleurs, bien que certains termes aient disparu de notre lexique, à l’instar de la lutte des classes, de prolétariat, force est de reconnaître que l’esprit revendicatif reste le même. Du slogan « ni dictature du prolétariat, ni formalisme démocratique », des années 1960, au slogan « ni État policier, ni État intégriste », des années 1990, à celui « de reconstruction du consensus national », depuis 2013, chaque étape est marquée par un engagement sérieux.

Néanmoins, malgré la cohérence et la constance des engagements du FFS, il n’en demeure pas moins que la dictature a rendu son projet irréalisable. Ne pouvant pas renverser « le processus de fascisation engagé par Boumediene », pour reprendre l’interview de feu Hocine Aït Ahmed à la Tribune internationale de décembre 1982, « le FFS a subi les contrecoups de la société algérienne gangrénée par le désespoir, la démobilisation et la dépolitisation », dit-il.

Toutefois, bien que la situation du pays ait évolué –le pluralisme politique devient désormais une donnée irréversible –, certains thèmes de l’époque sont d’actualité, notamment la dépolitisation de la société. Du coup, la mobilisation des militants du FFS, en vue de sensibiliser les citoyens sur l’impérieuse nécessité de changer le système, devrait se décupler. Par ailleurs, compte tenu des expériences en Afrique du Nord, le FFS prône un débat inclusif, car ceux qui tentent d’évincer les régimes héritent des ruines. C’est ce qui explique les choix du FFS en 2012 et 2017 de prendre part aux élections législatives.

Enfin, après une période d’incertitude, provoquée par les violences des années 1990, il faudrait que le peuple algérien sorte de sa léthargie. Car, si le peuple ne prend pas son destin en main, le statu quo ante demeurera. Il n’y a pas de Mehdi, pour paraphraser l’emblématique chef historique, Hocine Aït Ahmed. De la même manière, il n’y a pas de recettes magiques. Selon lui, « les hommes et les femmes algériens doivent se prendre en charge et ne plus compter sur les miracles»

C’est pour cette raison que le bulletin de vote constitue un moyen de contrarier la politique désastreuse, mise en place depuis 1962. Désormais, la balle est dans le camp de la société. En effet, si avec une participation massive, le régime pouvait être sanctionné, le boycott massif augmenterait son espérance de vie. Ce qui est une perspective pernicieuse.   

Aït Benali Boubekeur  

Partager cet article

Repost 0
Publié par Ait Benali Boubekeur - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

mellah hocine 16/03/2017 18:44

La valeur d'un parti tient en premier lieu au maintient de son projet de société, et en cela le FFS n'abdique devant aucun adversaire afin de faire valoir ses principes pour l’autodétermination (au sens propre du terme) du peuple Algérien. « Je n’imaginais pas que cinquante ans plus tard nous en serions encore à nous battre pour défendre notre simple droit à exister. Nous militants du FFS et plus généralement, nous Algériens » disait Hocine AIT AHMED lors d'une déclaration au 5 e congrès du FFS.
Il ajoutait:"L’enjeu principal, aujourd’hui, pour trouver une issue à la crise nationale et préserver l’avenir pour toutes les Algériennes et tous les Algériens, est la reconstruction d’un consensus national qui pourrait s’organiser autour de la démocratie politique, syndicale, et des libertés fondamentales pour permettre l’autodétermination individuelle de chaque Algérienne te Algérien et l’autodétermination collective du peuple algérien. ». C'est en partant de ces principes , que le FFS ne veut pas abandonner ce terrain politique au profit des forces occultes qui n'ont d'autres visions que la dépersonnalisation du citoyen. Ce refus d'une dépolitisation, d'une clochardisation du citoyen reste le leitmotiv du parti qui prend essence du testament d'un grand homme qui avait tant milité pour l'indépendance puis pour la démocratie de ce pays. La participation aux législatives reste un objectif pour le FFS afin d'éveiller les consciences lors de la compagne électorale car le régime est arrivé à semer une graine porteuse d'un virus de désintéressement du citoyen à la chose politique. C'est le plus grand désastre sociale qui peut arriver à un peuple, pour qu'il ne puisse pas se prendre en charge et l'éloigner davantage de toutes ces manœuvres malsaines du régime. On ne peut guère pouvoir acquérir les principes fondamentaux , c'est à dire avoir des droits si on reste en marge de la politique, si l'on ne participe pas afin de construire des institutions fortes.
Avez-vous des remarques ou des mises au point à faire à un élu si vous ne lui accordez pas votre choix ? C'est là et juste là, que le principe d'abstention trouve son handicap.
« De tous les travaux sur le phénomène partisan, il ressort que la fonction d’un parti, comme organe de médiation entre l’Etat et la société et de vecteurs des conflits politiques, est d’intégrer les demandes des populations au système politique afin de pacifier le rapport entre celles-ci et l’Etat. Lorsque ces demandes sont satisfaites, les populations ont le sentiment de participer à la vie institutionnelle par l’intermédiaire d’élus représentatifs. » écrivait Lahouari Addi.
A MEDITER.

Contactez-Moi

  • : Blog AIT BENALI Boubekeur
  • Blog AIT BENALI Boubekeur
  • : L’école algérienne ne s’est pas attelée, en ce qui concerne l’enseignement de l’histoire, à la transmission du savoir. L’idéologisation de l’école l’a emporté sur les impératifs de la formation. Or, les concepteurs de ces programmes préfèrent envoyer leurs enfants dans des écoles occidentales.
  • Contact

  • Ait Benali Boubekeur
  • Je consacre beaucoup de mon temps libre à la recherche de la vérité sur le mouvement national.
  • Je consacre beaucoup de mon temps libre à la recherche de la vérité sur le mouvement national.

Recherche

Catégories