Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 15:14
Que doit-on attendre du meeting du FFS du 18 avril 2015.

Le FFS s’apprête à tenir, le 18 avril prochain, une rencontre très attendue par les militants et les sympathisants du parti. Bien qu’il y ait eu des contacts avec les citoyens de façon générale et avec les militants de façon particulière, il n’en reste pas moins que cette rencontre, prévue à la salle Atlas, revêt un cachet particulier. En effet, celle-ci intervient après une série de contacts entrepris avec l’ensemble de la classe politique en vue de la tenue de la conférence de consensus national. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le parti n’a pas lésiné sur les efforts.

Hélas, en Algérie, bien que les acteurs politiques claironnent leur amour pour le pays, quand il s’agit de débattre de son avenir, certains refusent de sacrifier leurs intérêts matériels privés. En fait, les refus des partis de l’alliance présidentielle (FLN, RND, TAJ et MPA) de prendre part à la conférence du FFS s’inscrivent indubitablement dans cette logique. Pour brouiller les cartes, le secrétaire général du FLN souhaite la présider –alors que même l’organisateur ne prétend pas la contrôler de bout en bout –, et ce, pour faire de ce rendez-vous une session ordinaire du comité central de son parti.

Dans ces conditions, la direction du parti va-t-elle s’en tenir à son calendrier initial, c’est-à-dire celui de faire participer tout le monde à la conférence ? Et si Hocine Ait Ahmed était encore à la tête du parti, ferait-il de la présence des partis du pouvoir une condition nécessaire à la réussite de la conférence de consensus ? Bien qu’il ait toujours été prêt à dialoguer avec tous les responsables, y compris ceux du pouvoir –il fut prêt à constituer avec Mouloud Hamrouche une alliance FFS-FLN en juin 1991 et il participa avec Mehri, secrétaire général du FLN, à la conférence de Sant Egidio –, il n’irait pas jusqu’à forcer la main à quiconque.

Du coup, que peut-on attendre de cette rencontre ? En tant que sympathisant de ce grand parti, je souhaite qu’il revoie sa copie à l’égard des partis du pouvoir. Quant à la démarche initiée depuis mai 2013, il n’est pas question d’y renoncer. Mais, si elle doit avoir lieu, il faudra la faire avec les représentants des associations, des représentants de la société civile et des partis politiques qui adhèrent à la démarche. Pour y parvenir, il suffit que le parti revienne à ses principes fondamentaux, imprégnés par le combat de Hocine Ait Ahmed, en mettant en exergue la justice sociale et de prôner une sortie de crise pacifique. C’est en constituant in fine ce pôle puissant qu’il deviendra incontournable.

Ait Benali Boubekeur

Partager cet article
Repost0

commentaires

O
A travers çe meeting , le ffs ne cherchera pas uniquement à se replacer sur la scène politique ,mais surtout à prendre à témoin la population quand aux éventuels dangers qui guettent le pays suite au rejet de sa démarche par le et les partis du pouvoir. Il expliquera sans doute la noblesse de son action afin de désigner ce pouvoir comme étant le représentant digne d un systeme moribond qui se régénère depuis l arrivée aux commandes du clan d oudjda en 1962. A mon avis , le ffs se montrera très virulent à l égard de çe pouvoir en présentant plusieurs arguments afin de convaincre la masse silencieuse de son rôle de véritable opposant à çe systeme ,çe qui lui donne toute la latitude de le prouver en ayant refusé l offre du pouvoir au partage du gâteau qui consiste à figurer dans le gouvernement ,un argument de taille qui blanchit le ffs de toutes les accusations émanant de ses detracteurs,ç est tout le bîen qu on lui souhaite, néanmoins ,toutes les expériences sont bonnes à vivre çomme dirait l autre, gardons l espoir de voir d autres initiatives plus porteuses et plus fiables venir à l image d une réconciliation Interne avec tous ceux qui ont porté dans le cœur çe grand parti aux idéaux nobles et incontestables qui se trouvent en marge du maniere ou d une autre sans jamais lui porter atteinte,

Contactez-Moi

  • : Blog AIT BENALI Boubekeur
  • : L’école algérienne ne s’est pas attelée, en ce qui concerne l’enseignement de l’histoire, à la transmission du savoir. L’idéologisation de l’école l’a emporté sur les impératifs de la formation. Or, les concepteurs de ces programmes préfèrent envoyer leurs enfants dans des écoles occidentales. Du coup, la connaissance de l'histoire ne passe pas par l'école.
  • Contact

  • Ait Benali Boubekeur
  • Il est du devoir de chaque citoyen de s’intéresser à ce qui se passe dans son pays. C'est ce que je fais modestement.
  • Il est du devoir de chaque citoyen de s’intéresser à ce qui se passe dans son pays. C'est ce que je fais modestement.

Recherche

Catégories